Archives mensuelles : avril 2017

La plénière du 12 février 2017

Les « Grands thèmes » mis en travail lors des plénières  sont :

I- « Chabatz d’entrar»

L’accueil pendant la fête de la montagne, l’accueil de nouveaux arrivants, l’accueil de ceux qui reviennent au pays, l’accueil de ceux qui cherchent un refuge, que ce soit d’un pays en guerre, ou d’un monde qu’on fuit…
Depuis longtemps, accueillir est une revendication, mais dans quelle perspective veut-on le faire ? Et comment le mettre en œuvre ?

II- « Nous sommes toujours le territoire…
et en plus, nous ne sommes pas seuls »

L’idée d’affirmer ensemble que « nous sommes le territoire » a fait l’objet de plusieurs temps d’échanges au cours des fêtes précédentes. Elle sous-entend que nous ne voulons pas laisser la Montagne limousine aux mains de ceux qui prétendent « aménager le territoire » en se plaçant au-dessus de lui, mais bien le penser et le construire par nous-mêmes.
Il y a là une question éminemment politique. Elle se décline autant par des questionnements sur les institutions, leurs rôles, et nos possibles interventions là-dedans, que par la question plus générale de savoir comment agir collectivement, au quotidien, sur nos conditions de vie commune, en s’opposant si nécessaire à celles qu’on voudrait nous imposer.
Plusieurs pistes ont été lancées pour alimenter ce thème : une place des ambassades pour accueillir des délégations de territoire en lutte ; un retour sur l’année passée…

III- « La forêt, mais pas que :
penser nos ressources et nos usages en commun »

L’idée d’un travail sur les ressources et usages communs des habitants de la Montagne avait déjà été évoquée lors de la plénière de préparation du mois de janvier. La question est revenue au cours de celle d’avril à partir d’un point d’entrée plus spécifique, celui de la forêt.
1. Comment faire le pont entre la forêt perçue comme une ressource, un travail, mais aussi des connaissances et pratiques spécifiques, et le vécu et les perceptions de l’ensemble de celles et ceux qui habitent ce milieu, professionnels ou non ? C’est-à-dire comment reconstruire, repenser la forêt comme espace commun, comme étant un milieu dont nous faisons partie, en se dégageant autant de l’écueil de la sensiblerie que de celui de la voracité ?
Comment donc habitants et professionnels peuvent-ils s’entendre et mettre en place les moyens nécessaires ? Plus généralement, comment est-il possible de nous offrir un avenir lointain, une pensée, une sensibilité qui dépassent la myopie de notre époque ?

La question forestière reste un des points d’entrée possible au sein d’une thématique plus générale de reprise en main collective de nos ressources et usages communs. La porte reste ouverte pour que d’autres propositions se manifestent : par exemple, comment préserver la qualité des sols ou de l’eau, comment penser des formes de production agricoles ajustées à nos besoins (et pas seulement « économiques »)… ?

 

–Préparation de la fête de la montagne limousine

En termes de structure de la fête, a été proposé :

– un thème général qui donne de la cohérence à tous les sujets traités → il reste à trouver

– un panneau d’affichage bilan (+/6/ idées pour la prochaine fois)

En termes d’aménagement, un espace « installation » (pour ceux qui veulent s’installer ici) a été proposé.

En termes d’ateliers, le sujet majeur de la réunion, différentes façons de les aborder ont été repérées :

– ceux préparés en réunions plénières et homologués

– ceux proposés et pris en main par une ou des personnes, validés par le CA (ex : Alain Détolle et le Finlab, Vincent Magnet et la forêt…)

→ dans ce cas là il y a un besoin d’expliciter la procédure pour d’autres volontaires

– des sujets pressentis et pour lesquels on mobilise les associations et acteurs concernés, la fête est une occasion de rencontre voire de convergences des luttes pour eux (cf plus bas, santé ou éducation par ex).

Les ateliers peuvent déboucher sur : un apport de connaissances (type conférence), le plaisir de la rencontre, des prises de position, des actions concrètes, une mobilisation d’un groupe pour mettre en place des actions concrètes…

Pistes pour des ateliers

ATELIER : POINT D’ACTU

quoi : 30 minutes de spectacle

pourquoi : pour informer/ relire les événements, comprendre le lien entre les actions (ça ne sert pas à rien), montrer aux protagonistes qu’on veut que ça avance

quand : en ouverture de la fête

contenu :

ce qu’il s’est passé depuis la dernière fête (ici les habitants, fusion de comcom, ferme des 1000 veaux…)

préparation : recueillir les coupures de presse, extraire les sujets video / radio, écrire et mettre en scène le spectacle

qui : Michel Lulek et ?

ATELIER : POLITIQUE / VIE PUBLIQUE / ROLE DE LA POLITIQUE DANS NOS VIES

remarques : ne pas réduire la politique aux partis politiques ni à comment s’investir dans les institutions publiques

contenu :

* quels moyens de développer notre conscience politique aujourd’hui ? Comment et où s’organise le débat politique en dehors des institutions et au-delà des mobilisations sur des problèmes ciblés ?

* informer et former afin de susciter la participation, l’envie d’être acteur de nos vies

quoi : 4 moments différents

– un porteur de paroles (ex : « où parles tu politique ? » « Avec qui ? » « La politique c’est… ») en début de fête qui serve aussi d’annonces pour les autres moments

– une approche pédagogique du fonctionnement des collectivités, comprendre comment ça marche, leurs contraintes.

– des retours d’expériences « comment les habitants peuvent s’investir /agir dans la gestion du territoire (commune, comcom) », ce que ça a généré et comment aller plus loin, se donner des perspectives pour ici (ex d’expériences : plateforme limousine, Saillans, « Pas sans nous » qui sont des habitants des quartiers politique de la ville et qui réfléchissent à se réapproprier leurs territoires, les membres du Pouvoir d’agir cf Alliance citoyenne Grenoble et autres)

– un atelier de desintoxication de la langue de bois et de nos références (système de pensée, cf travail) + un atelier de création de slogans et affiches sur le thème à la suite

qui :

Aurélie trouve des co-animateurs pour le porteur de parole.

Elise trouve un/des animateurs pour la desintoxication.

Aurélie anime les slogans et affiches avec ?

Les deux autres moments sont préparés lors des réunions plénières suivantes.

ATELIER : ACCUEIL DE NOUVEAUX ARRIVANTS

contenu :

* la question de l’accueil est très importante, l’avenir du plateau dépend de sa repopulation. Nous nous devons de faire le maximum pour donner envie de rester et de s’investir sur le territoire.

* connaissance des actions menées par les habitants, comment s’investir, témoignage de DFER sur ses actions (aperos de reseaux…)

* quel accueil de ceux qui ont grandi ici au sein des espaces/lieux de sociabilité que produisent les « neo » ?

* réflexion sur les moyens mis en œuvre : réseaux de mails, listes de diffusion opaques…

* logement, comment occuper les maisons vides : squats, achats collectifs, mise à disposition des communes grâce à un impôt spécifique, réseau de logements passerelles

* appropriation du territoire par les neo : offrir le livre « Comprendre le pays limousin » de MF Houdard aux nouveaux pour qu’ils comprennent un peu l’histoire

* idées d’actions à construire/diffuser :

– création et ouverture d’appartements à louer provisoirement pour les personnes intéressées par l’installation sur le plateau. Accompagner ces personnes. Cf bilan des logements passerelles et réflexions sur la place des institutions publiques.

– des apéros régulier de bienvenu

– un bar/lieu public qui soit un lieu de référence pour les nouveaux (doc, agenda culturel…). Essaimer la Renouée sur d’autres villages, avec des pôles de savoir différents.

– repérage de logements vides + écriture d’un texte à destination des propriétaires

– créer une asso dédiée aux nouveaux arrivants, qui élabore un listing et diffuse les besoins de bénévoles pour des événements auprès d’eux (pour leur faire connaître le territoire et ses habitants)

– un groupe de parole/ forum web pour évoquer les problèmes qu’ils rencontrent dans leur installation

quoi :

un regroupement de personnes qui veulent mener et diffuser des actions pour l’accueil

qui : Marianne

remarque : voir avec DFER qui a prévu d’organiser un événement pour la transmission de ses actions fin mars

ATELIER « ETRE AUTONE EN NOURRITURE ICI »

contenu :

* production/consommation : marchés des producteurs locaux, circuits courts… tous producteurs ? Si non comment on pense les rapports, échanges ?

* évaluation des besoins : par commune ou village combien il faut de patates, carottes, choux, viandes, légumes, céréales, poissons…et comment satisfaire ces besoins ?

* la ferme des 1000 veaux c’est une forme d’autonomie ? Comment dire que ça va pas sans se mettre à dos les éleveurs ?

* jardins partagés comme lieux d’échanges et de production : des exemples (Eymoutiers) à faire connaître ?

* éducation au goût des enfants

* boycott organisé des distributeurs

* permacultre, polyculture, biodynamie, agro-écologie, agro-foresterie (inviter Ernst Zürcher) ; comprendre les systèmes biodiverses et les imiter

* autrefois ici comment on plantait quoi ?

* transformation : savoir cuisiner, les cantines, conserveries

* foncier : comment, où, avec quel argent trouver les terrains où produire ?

* ça ressemblerait à quoi Nedde en autonomie alimentaire ?

références : « Rennes métropole, ville vivrière » agrocampus Rennes ; les actes du colloque à Limoges en 2003 ou 2004 sur l’autonomie alimentaire avec des chiffres précis

quoi :

– discussions

– atelier pratique : création d’une parcelle cultivée / terrassement d’une parcelle (prévoir les suites : qui entretien…)

– témoignages des paysans d’ici

– scénario grandeur nature : on imagine en petits groupes à quoi ressemblerait nedde dans le scenario ideal et on fait des visites de cette fiction

ATELIER « SANTÉ »

contenu :

* comment vieillir ici ? Où en est Mille soins ?

* quels choix pour accoucher dans des conditions respectueuses quand on habite sur la montagne limousine ? Qeulles possibilités pour une naissance respectée ?

Quoi :

une rencontre discussion des professionnels (sages-femmes, médecins, accompagnateurs, café des enfants, planning familial, P’tits bouts…)

qui : Lucie

ATELIER « EDUCATION »

contenu :

* quel lien possible, dialogue entre parents et profs ?

* éducation populaire

* une école publique chouette sur le territoire

quoi :

un temps de travail pour les collectifs de parents d’élèves et autres sur comment lutter collectivement contre le rectorat pour avoir des écoles partout (coordination de collectifs et actions concrètes)

ATELIER « MIGRANTS »

contenu :

* comment être à l’écoute d’une population urbaine désireuse de s’installer ici ? Un lieu pour ceux-là ?

* donner de la visibilité aux différents réseaux d’entraide, des différentes activités réalisées

* un espace pour que les migrants qui le veulent parlent de la situation dans leur pays, de leur voyage (expo, cartes…). Sortir de la « prise en charge » des « problèmes » , laisser de la place à l’affirmation d’autres cultures

* comment sortir de la logistique d’accueil et de la problématique des papiers ? Quelle pression sur les municipalités ? Affirmer une position contre les directives migratoires.

* établir une liste de personnes Ok pour accueillir ou OK pour se mobiliser

* santé des migrants

* aller vers du concret : création d’un réseau de travail, ciblage de maisons vides à squatter…

quoi :

un regroupement des collectifs impliqués

ATELIER « LANGUE ET TERRITOIRE »

contenu :

* inviter un poète linguiste martiniquais pour parler de l’expérience du créole : comment ce qui arrive se compose avec ce qui était déjà là et enfante de nouvelles langues/ rapport au territoire

* comprendre les maçons de la Creuse

* comment les langues premières peuvent nous servir pour demain ?

références : livre « La Glottophobie »

quoi :

– conférence

– films

– concerts

– flash cours / cours de langue occitane

qui : Jean-Marie