Syndicat de la Montagne Limousine: lettre d’info #6

S’organiser ici par temps incertains

Cette nouvelle lettre d’information du Syndicat de la Montagne Limousine arrive dans un contexte, « l’état d’urgence sanitaire » et la pandémie de coronavirus, où toutes nos références antérieures semblent chamboulées. Ballotés chaque jour par le flux et le reflux des annonces gouvernementales qui peinent à dissimuler leur caractère chaotique et irrationnel, les unes et les autres cherchent chacun.e de leur côté des informations fiables qui sont souvent mises en doute dans les heures qui suivent. De cet état de sidération dans lequel nous sommes entretenus nous voudrions pouvoir ressortir quelques fils à tisser pour ne plus être baladés sans cesse d’un pic d’hystérie à un gouffre émotionnel, en passant par une forme ou une autre de déni ou de désinvolture.

Depuis quelques jours fleurissent des appels à s’organiser localement pour s’entraider et s’informer dans ce nouveau contexte dont tout indique qu’il va durer, et à coordonner ces initiatives entre elles. Ces initiatives qui sont nourries des expériences de lutte des derniers mois (mouvement des Gilets Jaunes, mouvement contre la réforme des retraites, mouvement pour la défense de l’hôpital public…) mettent à profit toute une diversité d’outils pour faire circuler, recouper l’information et les idées de réponses à la crise qui soient à la portée de toutes et tous ( un exemple qui paraît intéressant est le réseau Covid-Entraide-France).

La dynamique entamée depuis quelques mois ici avec le Syndicat de la Montagne Limousine n’est clairement pas étrangère à cette volonté diffuse de se donner les moyens et de construire les outils pour se faire sujets de la situation depuis nos espaces de vie et de travail. La mise en place, par le gouvernement, de « l’état d’urgence sanitaire » après « l’état d’urgence anti-terroriste » auquel on nous a habitué les dernières années, ne va pas sans réveiller chez nous une saine méfiance, et nous comptons bien garder la main sur la définition de nos propres urgences et priorités en prenant en compte toutes les nécessaires précautions. Nous notons entre autre, comme d’autres avant nous, à quel point il a soudain été facile de freiner drastiquement les flux et la production (et les émissions de CO2 afférentes), alors que rien ne semblait possible il y a quelques semaines à peine pour répondre au désastre climatique et ses conséquences sociales.

Dans de nombreuses communes du plateau, des initiatives ont été prises pour garder le contact et assurer la solidarité avec les personnes les plus isolées ou les plus exposées, un réseau de communication se met en place pour les recenser et les faire connaître. Des groupes de réflexion se sont mis en branle pour réfléchir et agir sur les conséquences du confinement généralisé – sans pour l’instant mettre en doute son bien-fondé dans l’état actuel de la situation – ils cherchent à mettre en place et renforcer les pratiques d’entraide entre habitants (services, information médicale ou juridique, écoute et soutien psychologique…), à s’organiser face à la fermeture des marchés, au renforcement des contrôles policiers intempestifs ou encore à la réduction progressive des canaux d’approvisionnement locaux.

Si vous avez des compétences ou du temps à consacrer à ce mouvement d’entraide naissant vous pouvez vous signaler en écrivant à l’adresse du syndicat qui vous orientera vers les groupes existants. Une page et un groupe Facebook ont été créé pour échanger et s’informer sur l’évolution de la situation n’hésitez pas à les rejoindre ( covid-entraide-Montagne Limousine ). On peut aussi consulter la page Facebook du pôle de santé Mille Soins qui sera mise à jour régulièrement sur la situation sanitaire.

Dans une période aussi pleine d’incertitudes diverses, les liens et l’expérience qui se sont constitués au fil des ans sur la Montagne sont notre meilleure arme pour penser et affronter cette nouvelle situation, sachons les préserver et les renforcer.

Pour en savoir un peu plus, une interview sur Radio Vassivière sur le Syndicat et comment il pourrait agir dans la situation actuelle :

 

écouter l’interview →
S’organiser pour continuer à manger local

Plusieurs consommateurs et producteurs locaux commencent à mettre en place des dispositifs permettant de pouvoir assurer la continuité des livraisons. A Eymoutiers par exemple un « groupe des Livrons-nous » qui rassemble des familles / foyers et une dizaine de producteurs·trices propose d’organiser en complément du marché d’Eymoutiers, des livraisons à domicile de produits locaux avec pour objectifs :

  • de soutenir les producteurs·trices pour qu’ils continuent à écouler leur production pendant la période de confinement
  • d’éviter un afflux de personnes sur les fermes (propagation du virus, non-sens écologique…)
  • de ravitailler les personnes qui souhaitent être livrés à domicile avec en priorité : les personnes en quarantaine ou se considérant comme suspecte et les personnes qui pourraient développer une forme sévère (personnes à risque).

Le système sera mis en place dès samedi 28 mars sur Eymoutiers à partir d’un noyau d’une vingtaine de familles (au delà, un second groupe pourrait émerger). Si cela peut vous intéresser ou si vous souhaitez vous inspirer de cette démarche pour faire la même chose dans votre secteur, vous pouvez contacter :

Marie au 06 24 43 86 83 ou rainette12@yahoo.fr

Mutinerie à Uzerche

Comme dans tous les lieux de détention, prisons, centre de rétention administrative, l’arrivée du virus souligne cruellement les conditions délétères d’existence et le peu d’intérêt des pouvoir publics pour ces populations très exposées.

« Ce dimanche 22 mars au centre de détention d’Uzerche, les prisonniers poussés à bout par les nouvelles mesures de confinement  et l’ignorance dans laquelle ils sont laissés sur la maladie ont réussi à accéder à la cour de promenade et sont montés sur les toits. Sur certaines vidéos qui ont tourné sur le Net, on entend des jeunes gens dire qu’ils ont peur de mourir parce que les sinistres Eris (Equipes régionales d’intervention et de sécurité) et la police sont armés ; et qu’ils tirent à balles réelles, comme ce fut le cas la semaine dernière à la maison d’arrêt de Grasse. Vous pouvez lire leurs justes revendications en cliquant ci dessous :

en savoir plus →
Groupe d’entraide juridique et administrative… par téléphone ou par mail

Ne restez pas isolé⋅es ! N’hésitez pas à contacter, par mail ou par téléphone, le groupe d’entraide administrative et juridique pour toute question. Ses permanences ne pouvant plus avoir lieu du fait du confinement, le groupe s’efforcera de chercher des solutions avec vous. Le numéro de téléphone fonctionne sur répondeur, n’hésitez pas à laisser un message pour être rappelé.

Contact : 07 84 51 14 75 – groupejuridiquedelamontagne@riseup.net

L’Italie, ça sera pour plus tard

Faut-il le préciser ? Le voyage projeté en avril en Italie pour rencontrer des initiatives coopératives (entre autres) est évidemment repoussé à une date ultérieure.

 

Cette lettre peut intéresser des personnes de votre connaissance ?
N’hésitez pas à la faire suivre autour de vous et d’inviter les personnes qui le souhaitent à s’y inscrire. Elle paraît environ 2 fois par mois et plus si urgence. Nous n’hésiterons pas à adapter son rythme à nos besoins de communiquer et de nous informer mutuellement. N’hésitez pas à faire part de vos initiatives en écrivant à :

syndicat-montagne@ilico.org