Syndicat de la montagne limousine - lettre d'informations 1
Groupe de travail "éoliennes et énergies"

Pour la maîtrise citoyenne de l'éolien sur la Montagne limousine


Le samedi 18 juillet, de 10h à 12h, à Lacelle, aura lieu un temps d'échanges et de travail autour de la question des éoliennes. Il fait suite à un travail entamé par un collectif pour la maîtrise citoyenne de l'éolien sur la Montagne limousine.


Le 14 mars dernier se sont réunis des habitants de plusieurs communes de la Montagne limousine déterminés à s'organiser pour sensibiliser les autres habitants sur le problème de colonisation de nos jolies collines par une série de « parcs » d'éoliennes industrielles. Des projets allant jusqu'à défier les plus haut mâts d'Europe, avec par exemple le projet de Bugeat-Pérols-sur-Vézère où la société danoise Nordex promet d'installer 6 à 9 engins de 240 m de haut. Ou bien à Royère-de-Vassivière, où les 13 éoliennes promises feront 200 m de haut.

Ces projets sont imposés aux habitants, se nourrissant de subventions et de redevances opaques, et bénéficiant à un système scélérat. Les énergies dites renouvelables en général et les éoliennes en particulier, devant permettre de vivre à terme dans un environnement « durable » (et non dévasté par tout ce que l'industrie de masse invente pour répondre à ses besoins), permet en réalité à des grosses multinationales de se soustraire aux redevances telles que la taxe carbone (en en faisant même profit), polluant un environnement précieux, sauvage et protégé. Entre autres problèmes, leur socle de 400 m3 de béton renouvelé tous les 15 ans, détruisent les sols et mettent en péril les réseaux d'eau. Sur le plan sociétal, l'arbitraire de l'implantation de ces projets privés (financés par les contribuables) nuisent gravement à la démocratie à l'échelle locale.


Si le vent permet bien de produire une énergie « propre », dite « renouvelable », les flashes blancs le jour ou rouges la nuit, la vibration des pâles blessant à mort oiseaux et chauves-souris, ou encore les cicatrices laissées sur le paysage par les travaux induits, contribuent à faire de la campagne une dépendance urbaine asservie par une politique-économie insatiable, et finalement une ressource à consommer à outrance. Du point de vue de leur rentabilité, les parcs en fonctionnement se révèlent très peu productifs, l'exposition aux vents étant souvent médiocre (en moyenne que 5% de la rentabilité maximale prévue) et de toute façon alternative. Pendant les périodes où le vent est trop faible, il est nécessaire de fournir à l'éolienne une énergie électrique générée par des moyens « stables ». La question de la production d'énergie « propre » n'est donc pas si simple.


Une vingtaines de personnes, représentant 9 projets éoliens sur le PNR, ont décidé d'inaugurer un « Collectif pour la maîtrise citoyenne de l'éolien sur la Montagne limousine »  – le CMCEML – soit le groupe de lutte contre l'invasion des projets industriels d'éoliennes sur le territoire de la Montagne limousine.


Il sera présent sur les marchés cet été et vous invite à discuter le samedi 18 au camping de Lacelle, à partir de 10h, durant le camp d'été du syndicat de la Montagne limousine.


Si vous souhaitez être tenus informés des réunions de ce groupe, de ses actions, ou le rejoindre, merci d'envoyer un mail à : irene.buisson@tutanota.com