Tous les articles par Benjamin

Déclaration de solidarité depuis la Fête de la Montagne Limousine

Non aux expulsions, Oui à l’accueil!

Solidarité avec les 3+4 de Briançon comme avec Michel Lulek de Faux-la-Montagne!

A la frontière franco-italienne, des lieux refuges et des personnes solidaires tentent de rendre moins terrible l’exode des migrant.e.s fuyant l’Italie où les conditions de non accueil se sont encore détériorées avec l’arrivée du gouvernement d’extrême droite de Mateo Salvini. Face à eux, policiers, gendarmes et fascistes occupent la montagne. En effet, le 22 avril dernier, contre la présence de la milice néofasciste Génération Identitaire au col de l’Echelle, une marche transfrontalière de protestation, ralliée par des migrant.e.s, a entraîné l’arrestation et l’inculpation de sept militant.e.s. Ils et elles risquent dix ans de prison, poursuivis pour « passage en bande organisée » (les 3+4 de Briançon). Leur procès aura lieu le 8 novembre à Gap, dans le Hautes-Alpes. Tous les récits attestent de l’inhumanité croissante des conditions de vie et d’accès aux droits pour les exilés, de l’autre côté des Alpes. C’est le sens d’une plainte collective contre l’État Italien déposée par des migrant.e.s du collectif Al Mamba de Marseille, c’est aussi le sens des luttes contre les expulsions dites de « Dublin » (de « ré-admission en Italie ») comme à Faux-la-Montagne, Guéret et ailleurs…

Il ne faut pour autant pas oublier que ce qui se dit sans fard en Italie par le gouvernement Salvini, n’est autre que l’esprit et la lettre de la politique migratoire européenne qui organise la déportation systématique des migrants vers l’Italie. Les précautions oratoires des libéraux bon teint allemands et français qui s’offusquent des dérapages verbaux de Salvini cachent mal leur hypocrisie de fond et leur totale responsabilité dans la fermeture des frontières intérieures et extérieures de l’Union européenne. Les récents événements autour du bateau de sauvetage l’Aquarius, ainsi que les conséquences de la nouvelle loi Asile et Immigration, en sont la preuve patente. Mais, au-delà des scandales médiatiques, la réalité est telle qu’aujourd’hui les réfugiés sont plus que jamais sous contrôle, fichés, désinformés, enfermés, expulsés. Suite au démantèlement de la jungle de Calais, s’institue sur l’ensemble des territoires français et européens des centres de tri et de rétention, comme les Prahda et les CAO, qui isolent et rendent invisible les politiques xénophobes légitimées par la généralisation de l’usage de l’abominable procédure Dublin.

Nous, habitant.e.s et ami.e.s de la Montagne limousine, réaffirmons qu’il n’y aura pas d’expulsions sur le plateau de Millevaches et soutenons toutes les dynamiques, petites et grandes, d’accueil inconditionnel et de solidarité qui subissent la répression et résistent partout à l’ombre des politiques d’État. Ici et ailleurs, fédérons-nous en soutien aux exilés, car ils et elles ont tout autant besoin d’être accueillis que nous avons besoin d’apprendre à les accueillir.

Assemblée plénière de clôture de la Fête de la Montagne limousine, le 30 septembre 2018.

 

Tribune du mois de juillet 2018 parue dans l’Echo et sur Mediapart:

Il n’y aura pas d’expulsion sur la Montagne Limousine!

Des habitants et amis de la Montagne limousine, dont de nombreux élus locaux et figures intellectuelles ou artistiques locales, ont décidé de ne pas tenir compte des obligations de quitter le territoire français (OQTF) pour empêcher les expulsions des exilés qui ont trouvé refuge sur ce territoire. « Nous appelons tout le monde, partout, à faire de même, à exercer ce “devoir de fraternité” dont de lointaines révolutions nous ont laissé l’héritage. »

Début juillet, des habitants de Faux-la-Montagne, en Creuse, et de villages voisins en Corrèze et Haute-Vienne, ont tenté d’empêcher l’expulsion vers l’Italie de l’un des leurs, un jeune homme soudanais en exil qu’ils accueillent depuis huit mois avec trois autres de ses compagnons d’infortune.

La loi permettant à la préfète de la Creuse d’autoriser le jeune homme à solliciter l’asile politique en France, ces habitants lui demandaient de le faire. Malgré des demandes en ce sens répétées à maintes reprises les semaines précédentes, et une ultime tentative le 9 juillet, jour de la convocation du jeune Soudanais à la gendarmerie de Felletin, la préfète a décidé d’appliquer à la lettre les accords de Dublin et de renvoyer le jeune homme vers l’Italie, où il n’a aucune attache. Vers 20 heures, les quelque 200 manifestants rassemblés devant la gendarmerie se sont fait violemment refouler par les gendarmes : une stratégie de diversion qui leur a permis d’exfiltrer le jeune homme par l’arrière de la gendarmerie, à travers un trou dans le grillage, pour le conduire vers Paris en vue de son expulsion. Une vidéo réalisée par Télé Millevaches http://telemillevaches.net/videos/felletin-9-juillet-2018/
résume cette soirée.

Le surlendemain, le jeune Soudanais a refusé d’embarquer à Roissy pour l’Italie et a alors été remis en liberté. Saisissant le tribunal administratif de Limoges pour qu’on lui reconnaisse le droit de déposer sa demande d’asile en France le 23 juillet 2018, une volte-face de dernière minute de la préfecture de la Creuse, qui craignait sans doute d’être contredite par les juges, lui permet finalement de déposer normalement sa demande d’asile en France…

Au-delà de ce cas fortement médiatisé, et devant des situations plus ou moins similaires qui sont de plus en plus nombreuses un peu partout, des habitants et amis de la Montagne limousine ont décidé d’afficher une position claire face à toutes les expulsions, transferts ou « réadmissions » vers l’Italie ou ailleurs qui ne manqueront pas de voir le jour dans la période à venir. Voici ce texte ainsi que la liste de ses premiers signataires.

Aussi loin que l’on puisse remonter la Montagne limousine a été une terre d’émigration, mais aussi une terre d’accueil pour toutes sortes de migrants, d’exilés. Voici quelques années que la « question migratoire » refait son apparition sur les plateaux de la Montagne limousine sous un jour nouveau. Il y a trois à quatre ans, des centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) ont ouvert dans plusieurs communes de la Montagne et de sa périphérie. Suite à l’expulsion militaire du campement informel de migrants de Calais, qui réunissait près de 9 000 personnes, s’y sont ajoutés, comme dans de nombreuses campagnes françaises, les très mal-nommés « centres d’accueil et d’orientation » (CAO). Dans les communes qui se portèrent alors candidates à accueillir de tels centres et dans les communes avoisinantes, des collectifs, des initiatives plus individuelles ont fleuri pour organiser l’hospitalité et la solidarité avec ceux et celles qui arrivaient sur notre territoire sans l’avoir choisi. Des centaines d’habitants de la Montagne se sont ainsi coordonnés, parfois avec le soutien d’élus locaux, pour faire une place à ces nouveaux venus. Cours de français, activités diverses, repas conviviaux, transports ont été mis en place par des collectifs d’habitants solidaires. Puis, assez vite, avec l’inéluctable arrivée des premiers « déboutés » du droit d’asile, et leur sortie des dispositifs d’accompagnement légaux, habitat, subsistance, assistance juridique et morale se sont improvisés, de la même manière. Ce qui relevait des gestes les plus simples, les plus humains dans les premiers temps s’est progressivement mué en une nécessaire organisation à la marge de la légalité. Légalité qui ne laisse que peu de place à l’expression d’une véritable solidarité avec les exilés, voire qui bien souvent la condamne, la poursuit.

Alors qu’une certaine mansuétude semblait caractériser l’application de la loi dans notre région dans la période récente, un certain nombre de personnes demandeuses d’asile et déboutées ont décidé de rester, de s’installer sur nos plateaux, dans nos communes pour le plus grand plaisir de la plupart des habitants, heureux d’accueillir et d’accompagner cette incontestable source de vitalité, de joie et d’ouverture culturelle. Nous leur avons, de multiples manières, fait place dans nos vies, ils et elles en font désormais partie intégrante. Il n’y a plus que des écarts d’ordre « légaux » entre eux, elles et nous.

Alors quand nous réalisons ces dernières semaines qu’un tour de vis annoncé par le gouvernement depuis longtemps sur la « politique d’accueil » produit ses premiers effets visibles sur nos amis, nous ne pouvons réprimer plus longtemps notre colère. Nous les avons accueillis sans demander l’autorisation à personne, nous nous sommes organisés pour rendre leur vie ici possible même si nous ne sommes pas encore parvenus à lever toutes les difficultés causées par leur statut « légal ». Nous avons bien compris que l’opération catastrophique de maintien de l’ordre du 9 juillet 2018 à Felletin, en Creuse, valait comme un avertissement. Mais renvoyer, ou laisser renvoyer, les gens qui ont tout fait pour en partir, dans des pays où ne les attendent que persécutions, misère, torture et mort, n’est toujours pas, pour nous, un choix envisageable.

Nous, habitants et amis des diverses communes de la Montagne et de ses alentours, avons donc décidé de répondre aux obligations de quitter le territoire français (OQTF), aux ordres de « reconduite à la frontière », émis par les préfectures dont chacun de nos villages dépendent, de la même façon que nous avons répondu à cette situation jusque-là. Nous n’en tiendrons aucun compte. Mieux, nous serons de celles et ceux qui feront tout pour qu’ils ne soient pas suivis d’effet. Il n’y aura pas d’expulsion d’exilés sur la Montagne limousine, qu’on se le dise !

Nous appelons tout le monde, partout, à faire de même, à exercer ce « devoir de fraternité » dont de lointaines révolutions nous ont laissé l’héritage.

La fête de la Montagne Limousine 2016 sur radio Vassivière

La Fête de la Montagne Limousine 2016 aura lieu du vendredi 23 au dimanche 25 septembre à La Nouaille, en Creuse. Benjamin et Jean-Marie étaient les invités du Magazine du vendredi 2 septembre pour présenter ces trois jours de fête.

« L’idée, c’est qu’il y ait de plus en plus de gens qui s’approprient cette fête »

 

Réunions pour une Fête de la Montagne en 2016

Ft Mtg affiche fete preparation-2016

Suite à deux rencontres avec des habitants et des élus de La Nouaille, sur le plateau de Gentioux, un premier groupe de travail a entamé la préparation d’une nouvelle fête sur cette commune pour fin septembre de cette année.

Plusieurs réunions publiques de préparation sont d’ores et déjà prévues pour permettre à qui veux de se raccrocher à cette nouvelle aventure collective sur notre territoire. Un travail d’information et de sollicitations sera entamé d’ici là, aux quatre coins de la montagne… parlez-en autour de vous…

les dates:
Le dimanche 10 avril à partir de 16h, à la salle des fêtes de la Nouaille (réunion suivie d’une soirée pizzas).
Le dimanche 12 juin à partir de 16h au même endroit, suivie aussi d’un repas en commun)
Le dimanche 4 septembre même heure même endroit…

La fête devrait, si tout va bien, se tenir les 23-24-25 septembre 2016…

Toute proposition peut d’ores et déjà être envoyée à l’adresse suivante:

contact@montagnelimousine.net

Billet du Blog Néocampagne.fr

Sur le plateau de Millevaches, quand on fait la fête, c’est politique (mais pas que)

Les 26 et 27 septembre, s’est tenue la 1e fête de la Montagne Limousine à Tarnac. Une fête pour permettre à tous les habitants de ce territoire rural hyperactif de se réunir, et d’affirmer leur autonomie…

lire la suite et voir les photos en ligne:

http://neocampagne.fr/2015/09/29/sur-le-plateau-de-millevaches-quand-on-fait-la-fete-cest-politique-mais-pas-que/

Article de La Montagne du 28-09-15

Vitalité, jeunesse et solidarité à la première fête de la montagne limousine de Tarnac

Corréziens, Creusois et Haut-viennois ont convergé ce week-end à Tarnac : la fête de la montagne limousine proposait un florilège de solutions pour bien vivre sur ces rudes collines.

Dommage qu’il n’y avait pas plus d’estivants pour voir ça : ils auraient sûrement adoré cette fête au village. Manquaient les autos tamponneuses, la barbe-à-papa et l’orphéon à la fête de la montagne limousine. Mais il y avait des agneaux et des veaux embrochés, des gaillards qui moissonnaient à la faucille, des bals sous les lampions. Là-haut, ils ne sont pas frileux : ils montent des scènes et des parquets dans des prés où la rosée te saisit jusqu’aux coudes. La journée, tout sèche : ce fut un week-end d’arrière-saison magnifique, dans le cirque boisé de Tarnac.

Est-ce qu’il y a un mot en occitan pour définir une manifestation qui tient de la foire-expo, du festival, du marché du terroir et du forum social ? Il y a un mot qu’on aime bien sur le plateau de Millevaches, c’est « autonomie ».

Le champion toutes catégories de l’autonomieQuand les esprits s’échauffent un peu, on y rêve de briser les chaînes qui relient ce territoire aux métropoles et aux baronnies du coin ( lire ci-dessous). Si ça coince au niveau politique, s’agissant de l’autosuffisance, ça avance. Tarnac a ainsi accueilli un champion toutes catégories du genre : Sander Hummelmann vit depuis huit ans sur une colline perdue près de La Courtine. Il a retrouvé le système du bélier hydraulique afin de faire remonter l’eau du ruisseau en contrebas. Savoir-faire qu’il partage volontiers, comme celui de la conception d’un vélo électrique (chargé avec des panneaux solaires), qui est son unique moyen de locomotion sur les routes du Plateau.

Samedi et dimanche, à Tarnac, on pouvait constater que ce territoire pouvait produire de quoi (bien) se nourrir, qu’il savait construire, réparer, recycler qu’il avait même des solutions pour… repousser le désert médical. Là où les gens du Plateau sont les plus forts, c’est tout de même pour enchanter la vie sociale. Un maillage de plus en plus serré de « bar-restaurants » et autres petits commerces plus ou moins conventionnels constitue un marqueur du regain de vitalité du territoire.

Les natifs et les néos s’y croisent : s’ils n’ont pas encore toujours les mêmes désirs, leurs estomacs et leurs gosiers ont les mêmes besoins.

Un panorama
de l’offre montagnarde
Une belle énergie se dégageait de cette première fête de Tarnac, qui offrait en somme un panorama, en formule concentrée, de l’effervescence qui règne dans les différentes communes du Plateau tout au long de l’année.

Dans les années soixante-dix, la montagne limousine organisait déjà des fêtes dans ce goût-là, ou précisément à la mode « Volèm viure al païs ». Le slogan a modérément porté. En quarante ans, beaucoup ont fichu le camp. Samedi et dimanche, toute cette jeunesse dans les rues de Tarnac, c’était impressionnant : comme quoi il ne faut jamais désespérer. Ce qui est frappant, c’est aussi le respect de ces nouveaux habitants du Plateau pour les savoir-faire des anciens et pour l’entraide ancestrale, propre aux économies sobres.

Julien Rapegno

voir en ligne:

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/correze/correze-local/2015/09/28/vitalite-jeunesse-et-solidarite-a-la-premiere-fete-de-la-montagne-limousine-de-tarnac_11601708.html

Une communauté de communes de la Montagne Limousine!

Ce texte est issu des débats menés le dimanche 27 septembre, lors de la Fête de la Montagne Limousine. Plus d’une centaine de personnes, élus et habitants ont alors débattu des effets de la réforme territoriale (Loi NOTRe) sur la Montagne et des manières de ne pas simplement les subir.

Les communes des trois départements de la Montagne Limousine, comme partout en France, se voient intimer l’ordre brusque de repenser, dans le cadre de la loi NOTRe, leurs intercommunalités. Celles-ci seraient trop petites, trop pauvres, trop coûteuses, trop, trop, trop… Les instances préfectorales et départementales « invitent » les communautés de communes à se regrouper et leur proposeraient de fusionner en calquant le mirage des métropoles sur notre territoire.

En Haute-Corrèze, les communautés de communes : Bugeat-Sornac Millevaches au Coeur, Ussel-Meymac Haute-Corrèze, Pays d’Eygurande, Egletons-Ventadour, Gorges de la Haute-Dordogne, Val et Plateau Bortois auxquelles serait ajoutée, la communauté des Sources de la Creuse (autour de La Courtine).

En Sud Creuse, le préfet a proposé la création d’une communauté de communes de 125 km de large, regroupant cinq intercommunalités, dont Creuse Grand Sud déjà fusionnée il y a à peine deux ans.

La loi NOTRe du 7 août 2015, promulguée dès le 8, prévoit que les préfets doivent arrêter avant le 31 mars 2016, un nouveau Schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI). Les préfets, à marche forcée, annoncent depuis le 14 septembre, sans véritable concertation, leurs propositions de réorganisation territoriales. Les élus n’ont que deux mois pour prendre position.

Aujourd’hui, avant que la Haute-Corrèze, le Sud Creuse et les communes limitrophes de la Haute-Vienne ne s’engagent dans des fusions qu’elles pourraient regretter ensuite, il est urgent de proposer une vision autre de l’aménagement du territoire:

Penser un espace de coopération intercommunal qui soit à échelle raisonnable et proportionnée à la taille des communes, dans lequel des communes n’auraient pas de prééminence excessive sur les autres.

Reprendre en compte la dimension interdépartementale qu’on dénigrait hier mais qui semble à nouveau possible aujourd’hui.

Relever le défi d’une intercommunalité rurale proche des habitants, innovante dans son fonctionnement, qui sache cultiver les liens avec sa population, la solidarité entre ses communes et la créativité dans les réponses à donner à son avenir.

La création d’une communauté de communes de la Montagne limousine est de ce point la bonne solution, la bonne dimension, la bonne réaction !

Autour des intercommunalités de Bugeat-Sornac, et de celle de Vézère-Monédières, il est possible de fédérer beaucoup de communes creusoises et Haut-Viennoises de la Montagne Limousine.

Ensemble nous pouvons dépasser le seuil de 5000 habitants qu’ impose la loi NOTRe en zone de montagne.

Ensemble nous pouvons redonner, au cœur du Parc naturel de Millevaches, une dynamique territoriale.

Ensemble, nous pouvons imposer la création d’une communauté de communes rurale de la Montagne limousine.

Partout, dès maintenant, organisons des assemblées et des débats, intervenons dans nos conseils municipaux pour faire partager cette exigence.